Mâles en péril

26 11 2008

Hier soir, j’ai eu la bonne idée de regarder Arte et j’ai appris des choses, des choses inquiétantes.

Le documentaire Mâles en péril nous alertait sur les dangers des « perturbateurs endocriniens ».

Si vous ne savez pas de quoi il en retourne, je vais me permettre de vous l’expliquer brièvement – quand bien même cela perturberait votre journée. Il s’agit de substances chimiques présentes un peu partout – et même absolument partout – qui détraquent notre système hormonal et finalement ébranlent notre capacité à donner la vie. Dans ses avatars quotidiens, le plastique, par exemple, semble absolument inoffensif! Et bien, sachez messieurs que c’est peut-être à cause des pots de yaourts, ces récipients jetables et inoffensifs dans lesquels vous gouttez une nourriture si soyeuse, que 40 % de vos spermatozoïdes se suicident et que vous ne pourrez bientôt plus donner la vie. Hélas…

En appliquant une crème sur votre visage ou sur vos mains ou encore sur vos lèvres, vous croyez bien faire ou, en tous les cas, vous n’imaginez pas un seul instant mettre en danger votre santé. Et bien, pardon de vous l’apprendre mais l’augmentation fulgurante de 400 % de l’incidence des cancers du sein chez la femme ou du cancer du testicule chez l’homme – en l’espace de 60 ans seulement; cette véritable pandémie que l’on ne sait absolument pas juguler, aurait pour origine l’exposition, l’ingestion et la respiration de multiples substances chimiques.

Rassurez-vous, je ne vous ai pas encore entretenu de la plus angoissante nouvelle. Non, ce qui m’a véritablement effrayé en visionnant ce reportage, c’est la perspective que le monde se féminise complètement. Car j’ai beau être un féministe convaincu, je ne suis pas pour autant favorable à ce que la planète toute entière soit composée uniquement de représentants de l’autre sexe, fut-il beau.

Oui, le monde se féminise, psychologiquement et politiquement dit-on, mais aussi physiquement. En Australie, les bébés crocodiles mâles possèdent des testicules qui produisent des « oeufs ». A cause de résidus de pesticide présents dans les eaux des rivières ou des lacs. En Occident, c’est-à-dire, je crois, chez nous, les bébés humains mâles développent de plus en plus de malformations au niveau de leurs organes génitaux. En outre, la distance entre les bourses et l’anus de vos bambins garçons, mesdames, a tendance à se réduire ce qui est un signe de féminisation, paraît-il.

En somme, et pour résumer ce brillant documentaire, les mâles sont bel et bien en péril.

Que faut-il en conclure?

Je vous laisse faire votre choix parmi une série de propositions dans cette liste non exhaustive:

1) nos spermatozoïdes ont des tendances suicidaires;
2) l’industrie chimique est dirigée par des salauds;
3) l’agriculture bio présente bien des avantages;
4) les femmes devraient choyer les hommes, espèce en voie de disparition.

Charles Comman/Otto Lustig

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :