Crise, crise, crise

24 11 2008

De plus en plus de sociétés mettent la clef sous la porte dans les pays occidentaux. D’après Ridge Aeckerson, Secrétaire adjoint au Trésor, le nombre de faillites d’entreprises s’est subitement accru de 30 % le mois dernier par rapport à septembre, sur l’ensemble du territoire des Etats-Unis. Ce matin, un haut-responsable du Ministère allemand de l’Economie a révélé des résultats à peu près équivalents pour son pays ; et au Royaume-Uni, « la tendance est actuellement préoccupante », selon une source gouvernementale citée par le Financial Times.

Mais c’est aux Etats-Unis que la situation inquiète le plus les économistes. La faillite (possible) des « Big Three », les trois grands de l’automobile que sont General Motors, Ford et Chrysler, pourrait faire disparaître tout un pan de l’activité économique. Ce qui constituerait à n’en pas douter un cataclysme tant l’Amérique est dépendante de son industrie automobile. Non seulement la voiture est un des symboles de l’American way of life, mais elle fait aussi vivre directement ou indirectement trois millions de familles.

Les pays émergents ne sont pas épargnés par ce phénomène de faillites en cascade. La Chine – dont l’économie ressent les premiers effets de la crise, avance des chiffres rassurants (une hausse de 0,5 % des faillites sur un mois) qui paraissent très éloignés de la réalité. En effet, dans le secteur du jouet par exemple, environ la moitié des entreprises auraient déjà fermé, ainsi que le rapporte le Hong Kong Daily, un des rares quotidiens encore libres dans l’ancienne colonie britannique.

Les provinces où l’industrie tient une place prépondérante dans le tissu économique sont confrontées pour la première fois à un chômage de masse. De plus en plus de travailleurs pauvres et de sans-emplois font la queue devant les soupes populaires tandis que des émeutes sont signalées un peu partout dans le pays, notamment dans le Gansu et le Xinjiang où paysans et ouvriers bravent la répression au prix de dizaines de morts. Mais, pour l’instant, la recrudescence de tels incidents n’alarme pas outre mesure les autorités chinoises. Grâce à une police très fortement mobilisée sur le terrain (on parle d’une centaine de brigades supplémentaires envoyées dans les zones insurgées), la rébellion est circonscrite à quelques régions, historiquement plus enclines que d’autres à la critique et à la contestation contre le pouvoir en place.

A l’échelle du globe, cependant, et sur un plus long terme, la crise joue comme un effet domino, une suite de causes et de conséquences dont les répercussions économiques et géopolitiques restent difficiles à anticiper. Des experts de toute sorte voient l’influence des Etats-Unis diminuer considérablement dans les vingt ans qui viennent au profit de la Chine et de l’Inde, portées par une croissante soutenue, un vaste marché intérieur et la voracité de leurs conglomérats. D’autres fins connaisseurs, au contraire, prophétisent le dépérissement du dragon chinois et même l’écroulement de son système si particulier où politique et économie font bon ménage.

L’ancien vice-Directeur du FMI, Dick Dickens, n’est pas de cet avis : « je crains plutôt un affaiblissement généralisé. » Selon lui, les pièces de domino continueront à tomber jusqu’à ce que toutes les économies se retrouvent à terre. « Je ne crois pas qu’un seul pays parviendra à échapper à cette crise, à ses multiples retentissements, tant la mondialisation a transformé la planète en une immense caisse de résonance. » Et Dickens d’enfoncer le clou : « nous sortirons de cette période comme après une longue hibernation, profondément changés, et, pour ainsi dire, transformés. » Il n’est même pas sûr, dans son esprit, qu’au sortir de ce long sommeil, « notre système idéologique, économique et politique, sera le même. »

Charles Comman/Otto Lustig

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :